BEF01

Bettina FERREIRA HOUDBINE

Avocate au Barreau de Paris

Ecrivez-moi
bferreira@jdsavocats.com
Appelez-moi
01 48 96 14 48

Qu’est-ce qui vous a déterminé à devenir avocat ?

Aussi loin que je puisse me souvenir, j’ai toujours souhaité exercer la profession d’avocat. C’est devenu une évidence quand j’ai eu l’âge de neuf ans, sans que je puisse, à cette époque en expliquer la raison.
Pendant mes études de droit, j’ai compris ce qui m’animait : ma détermination se résumait à un seul mot, défendre. C’est par le prisme de la Défense que je souhaitais être active au sein de notre société ; c’était mon engagement pour une vie meilleure.
Et puis je dois concéder que, d’une manière assez puérile, un certain amour de la contradiction m’a également toujours animé.

Vous êtes un avocat généraliste, mais vous avez sans doute des domaines de prédilection. Lesquels ?

L’absence de spécialité est en réalité une spécialité. La plus-value du généraliste est d’appréhender la difficulté qui lui est soumise sous tous les angles non pas du droit mais des droits de ses Clients. Le choix d’être généraliste n’est donc pas la négation d’avoir une spécialité ; et ce choix s’appuie sur la capacité de l’avocat à voir dans chaque domaine, un domaine de prédilection, que ce soit d’un point de vue technique ou humain.
De fait, je constate cependant intervenir plus fréquemment, au hasard de mes rencontres, dans les domaines de la réparation du préjudice corporel (accident de la circulation, accidents médicaux etc.), des baux d’habitation et commerciaux et de la copropriété.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler chez JDS Avocats ?

Ma motivation a été d’ordre philosophique. Le cabinet JDS Avocats est initialement ancré dans le droit du travail. Ses fondateurs ont cependant eu l’audace de prendre en compte le quotidien des personnes dans tous ses aspects juridiques. Ce faisant, il a pris le parti d’offrir à ses Clients plus qu’une prestation de service, plus qu’une expertise ; il leur offre un réel accompagnement dans la défense de leurs droits. Je ne pouvais qu’adhérer.